Faire de la SOGEM, un acteur majeur dans le secteur de l’électricité.

Depuis sa création, le 07 janvier 1997, par les Etats-membres de l’OMVS, la SOGEM a déjà  relevé de nombreux défis. Je citerais, comme exemple, d’abord, la réalisation avec succès en 2002 du « Projet Energie Manantali », après celle du barrage du même nom en 1988, créant ainsi le plus grand réseau électrique interconnecté d’Afrique de l’Ouest, et puis l’achèvement en cours en 2013 du complexe hydroélectrique de Félou.

C’est le lieu de remercier la  coopération internationale pour son soutien et ses éclairages qui nous ont permis d’éviter de nombreux écueils et de rendre un hommage appuyé à tous ceux et toutes celles qui ont contribué à cette œuvre en les rassurant que nous continuerons à porter haut, le flambeau qu’ils ont allumé pour éclairer nos pays respectifs.

Notre volonté est de faire de la  SOGEM, une société hautement performante, une entité plus efficace, mieux gérée financièrement, avec une gouvernance améliorée, à hauteur des ambitions légitimement nourries par ses fondateurs. Cette volonté se fondera sur les valeurs et principes directeurs du fonctionnement de l’OMVS que sont la solidarité, l’équité et le consensus.

Notre ambition est de faire prendre par la SOGEM, toute sa place dans la mise en œuvre de la Politique Energétique Commune (PEC) de l’OMVS. Cette contribution sera particulièrement renforcée par notre implication technique et financière dans la mise en œuvre des ouvrages de seconde génération ainsi que dans celle des réseaux nécessaires pour l’évacuation de l’énergie produite incluant les lignes d’interconnexion  sous-régionales et régionales.

Persuadé qu’un développement durable dans les domaines économique, social et industriel de l’Afrique est tributaire de sa capacité d’acquérir une vraie indépendance et une autosuffisance énergétiques à bon marché, la SOGEM, en conformité avec les politiques définies par la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’OMVS et sous le contrôle de ses Instances d’Administration, compte y jouer modestement sa partition. Le potentiel hydroélectrique et gazier avéré des Etats-membres de l’OMVS conforte notre optimisme.   

Pour ce faire, nous nous appuierons évidemment sur la grande expérience  acquise par la SOGEM dans la réalisation, la gestion et le suivi de l’exploitation d’infrastructures énergétiques complexes ainsi dans la coopération sous régionale dans les mêmes domaines.

J’ose espérer que ce site vous intéressera et que vous serez  nombreux à le visiter.

Tamsir NDIAYE
Directeur Général

Facebook Twitter
Translate »